Revues
Articles
 

Les filières technologiques et professionnelles

Transcription de l'intervention de Paul-André Bucher* sur la nécessité de maintenir les filières technologiques et professionnelles.

Pour la Conférence des Présidents il est fondamental que notre système éducatif français conserve sa spécificité, unique en Europe, basée sur 3 branches : enseignement général, enseignement technologique, enseignement professionnel.

Pourquoi une branche technologique ?
Plusieurs raisons :

  • un grand nombre de bacheliers actuels accèdent à ce grade grâce aux baccalauréats de cette voie et un grand nombre d'étudiants peuvent ainsi poursuivre des études supérieures ;
  • un grand nombre de professeurs de ces enseignements technologiques démontrent au quotidien leurs compétences dans leurs classes ;
  • la technologie (ou les technologies ?) doit être reconnue comme une culture de même niveau que les cultures scientifique ou littéraire.

Quelle voie technologique ?
Deux solutions peuvent être envisagées : une voie technologique principalement orientée vers l'enseignement général, une voie technologique principalement orientée vers l'enseignement professionnel.
Nous souhaitons réaffirmer notre attachement à la première de ces voies.

En effet, les élèves de nos filières doivent pouvoir réussir dans toutes les voies post-baccalauréat : STS, IUT, classes préparatoires et université. Nos bacheliers s'orientent certes majoritairement vers les STS et les IUT mais, depuis quelques années, et ce sera encore davantage le cas avec le système L - M - D, ils poursuivent ensuite des études vers des licences ou en IUP. Une formation générale accrue dès les classes du secondaire est donc fondamentale pour leur permettre de poursuivre leurs études avec toutes les chances de réussite. A ce propos, un texte définissant la place des BTS et des DUT dans le système européen nous paraît utile.

Par ailleurs, l'actuelle absence de lisibilité entre les baccalauréats technologiques et ceux de la voie professionnelle est désolante et désoriente tant les élèves que leurs parents. Une ouverture vers l'enseignement général devrait permettre à ces élèves, et à leurs parents, une orientation future vers nos sections beaucoup plus positive qu'actuellement.

Pour illustrer cette démarche, la prochaine réforme des sections STT pourrait être révélatrice de ce choix à condition que la dénomination « STG » redevienne celle initialement proposée par tous les partenaires : « Économie et Gestion ». Le Gouvernement affirmera ainsi clairement son choix quant à l'orientation retenue pour nos enseignements technologiques de demain

*Président de l’association des professeurs d’économie et gestion.